Aller au contenu

Qu’est-ce que le conditionnement classique ?

Découvert par le physiologiste russe Ivan Pavlov, le conditionnement classique est un type d’apprentissage inconscient ou automatique. Ce processus d’apprentissage crée une réponse conditionnée par des associations entre un stimulus non conditionné et un stimulus neutre.

En d’autres termes, le conditionnement classique consiste à placer un stimulus neutre en face d’un réflexe naturel. Dans l’expérience classique de Pavlov sur les chiens, l’indice neutre était le son d’une tonalité et le réflexe naturel était la salivation en réponse à la nourriture. En associant le stimulus neutre (le son) au stimulus inconditionné (la nourriture), le son seul pouvait produire la réponse de salivation.

Bien que le conditionnement classique n’ait pas été découvert par un psychologue, il a eu une énorme influence sur l’école de pensée en psychologie connue sous le nom de béhaviorisme. Le béhaviorisme part du principe que tout apprentissage se fait par le biais d’interactions avec l’environnement et que l’environnement façonne le comportement.

El condicionamiento clásico explica algunos tipos de aprendizajes en seres humanos y otros animales.

Le conditionnement classique – aussi parfois appelé conditionnement pavlovien – utilise quelques termes différents pour expliquer le processus d’apprentissage. Voici les termes que vous devez connaître sur le conditionnement classique.

Stimulus neutre

Un stimulus neutre est un stimulus qui ne suscite pas initialement une réponse par lui-même. Si vous voyez un ballon de plage dans le sable, par exemple, il ne suscitera pas nécessairement une réaction. Cela en ferait un stimulus neutre.

Stimulus conditionné

Un stimulus conditionné est un stimulus qui était auparavant neutre (ne déclenchait pas de réponse) mais qui entraîne désormais une réponse. Si vous ne prêtiez aucune attention à un chien qui passait jusqu’à ce que vous soyez mordu par l’un d’eux, et que maintenant vous avez peur chaque fois que vous voyez un chien, le chien est devenu un stimulus conditionné.

Réponse non conditionnée

Une réponse non conditionnée est une réponse automatique ou une réponse qui se produit sans réflexion en présence d’un stimulus non conditionné. Si vous sentez l’odeur de votre plat préféré et que vous en avez l’eau à la bouche, l’eau est une réponse non conditionnée.

Réponse conditionnée

Une réponse conditionnée est une réponse apprise ou une réponse qui est créée là où aucune réponse n’existait auparavant. Pour revenir à l’exemple de la morsure d’un chien qui passait par là et qui vous effraie désormais chaque fois que vous en voyez un, la peur que vous avez commencé à ressentir est une réponse conditionnée.

qu’est-ce que la méthode ou la thérapie Hakomi ?

Pour mieux comprendre le fonctionnement du conditionnement classique, il est important de se familiariser avec les principes de base du processus. Le conditionnement classique implique la formation d’une association entre deux stimuli, ce qui entraîne une réponse apprise.

Ce processus se compose de trois phases fondamentales.

Phase 1 : Avant le conditionnement

La première partie du processus de conditionnement classique nécessite un stimulus naturel qui suscite automatiquement une réponse. La salivation en réponse à l’odeur de la nourriture est un bon exemple de stimulus naturel.

Pendant cette phase du processus, le stimulus non conditionné (EIC) entraîne une réponse non conditionnée (RIC). Par exemple, la présentation de nourriture (l’EIC) déclenche naturellement et automatiquement une réponse de salivation (le RIC).

À ce stade, il existe également un stimulus neutre qui ne produit encore aucun effet. Ce n’est que lorsque le stimulus neutre est associé à la NGC qu’il suscite une réponse.

Examinons plus en détail les deux composantes essentielles de cette phase du conditionnement classique :

  • Le stimulus inconditionnel est celui qui déclenche une réponse de manière inconditionnelle, naturelle et automatique. Par exemple, lorsque vous sentez l’odeur d’un de vos aliments préférés, vous pouvez immédiatement avoir très faim. Dans cet exemple, l’odeur de la nourriture est le stimulus non conditionné.
  • La réponse non conditionnée est la réponse non apprise qui se produit naturellement en réponse au stimulus non conditionné. Dans notre exemple, la sensation de faim en réponse à l’odeur de la nourriture est la réponse inconditionnée.

Dans la phase de préconditionnement, un stimulus non conditionné est associé à une réponse non conditionnée. Un stimulus neutre est ensuite introduit.

Phase 2 : Pendant le conditionnement

Au cours de la deuxième phase du processus de conditionnement classique, le stimulus précédemment neutre est associé de manière répétée au stimulus non conditionné. À la suite de cet appariement, une association se forme entre le stimulus précédemment neutre et le SCU.

À ce stade, le stimulus précédemment neutre devient le stimulus conditionné (CS). Le sujet a été conditionné pour répondre à ce stimulus. Le stimulus conditionné est un stimulus précédemment neutre qui, après avoir été associé au stimulus inconditionné, finit par déclencher une réponse conditionnée.

Dans notre exemple ci-dessus, disons qu’en sentant votre plat préféré, vous avez également entendu le son d’un sifflet. Bien que le sifflet ne soit pas lié à l’odeur de la nourriture, si le son du sifflet était associé plusieurs fois à l’odeur, le son du sifflet finirait par déclencher la réponse conditionnée. Dans ce cas, le son du sifflet est le stimulus conditionné.

La phase de conditionnement implique l’association d’un stimulus neutre et d’un stimulus non conditionné. Enfin, le stimulus neutre devient le stimulus conditionné.

Phase 3 : Après le conditionnement

Une fois que l’association entre le SCU et le SC a été établie, la présentation du stimulus conditionné seul finira par provoquer une réponse, même sans le stimulus non conditionné. La réponse qui en résulte est connue sous le nom de réponse conditionnée (RC).

La réponse conditionnée est la réponse apprise au stimulus précédemment neutre. Dans notre exemple, la réponse conditionnée serait d’avoir faim au son du sifflet.

Dans la phase de post-conditionnement, le stimulus conditionné seul déclenche la réponse conditionnée.

Les comportementalistes ont décrit un certain nombre de phénomènes différents associés au conditionnement classique. Certains de ces éléments concernent l’établissement initial de la réponse, tandis que d’autres décrivent la disparition d’une réponse. Ces éléments sont importants pour comprendre le processus de conditionnement classique.

Examinons cinq principes clés du conditionnement classique.

Acquisition

L’acquisition est la phase initiale de l’apprentissage au cours de laquelle une réponse est d’abord établie et progressivement renforcée. Pendant la phase d’acquisition du conditionnement classique, un stimulus neutre est associé de manière répétée à un stimulus non conditionné.

Comme on le rappelle, un stimulus non conditionné est quelque chose qui déclenche une réponse naturellement et automatiquement, sans aucun apprentissage. Une fois que l’association a été faite, le sujet commencera à émettre un comportement en réponse au stimulus précédemment neutre, qui est maintenant connu comme un stimulus conditionné. C’est à ce stade que l’on peut dire que la réponse est acquise.

Par exemple, imaginez que vous conditionnez un chien à saliver en réponse au son d’une cloche. Vous associez de manière répétée la présentation de la nourriture au son de la cloche. Vous pouvez savoir que la réponse a été acquise dès que le chien commence à saliver en réponse au son de la cloche.

Une fois la réponse établie, vous pouvez renforcer progressivement la réponse de salivation pour vous assurer que le comportement est bien appris.

Extinction

L’extinction se produit lorsque les occurrences d’une réponse conditionnée diminuent ou disparaissent. Dans le conditionnement classique, cela se produit lorsqu’un stimulus conditionné n’est plus associé à un stimulus non conditionné.

Par exemple, si l’odeur de la nourriture (le stimulus non conditionné) était associée au son d’un sifflet (le stimulus conditionné), le son du sifflet finirait par évoquer la réponse conditionnée de la faim.

Cependant, si le stimulus non conditionné (l’odeur de la nourriture) n’était plus associé au stimulus conditionné (le sifflet), la réponse conditionnée (la faim) finirait par disparaître.

Récupération spontanée

Parfois, une réponse apprise peut soudainement réapparaître, même après une période d’extinction. La récupération spontanée est la réapparition de la réponse conditionnée après une période de repos ou une diminution de la réponse.

Par exemple, imaginez qu’après avoir entraîné un chien à saliver au son d’une cloche, vous cessez de renforcer ce comportement et la réponse finit par disparaître. Après une période de repos pendant laquelle le stimulus conditionné n’est pas présenté, vous faites soudainement sonner la cloche et l’animal retrouve spontanément la réponse précédemment apprise.

Si le stimulus conditionné et le stimulus non conditionné ne sont plus associés, l’extinction se produira très rapidement après la récupération spontanée.

Généralisation

La généralisation du stimulus est la tendance d’un stimulus conditionné à évoquer des réponses similaires après que la réponse a été conditionnée.8 Par exemple, si un chien a été conditionné pour saliver au son d’une cloche, l’animal peut également montrer la même réponse à des stimuli similaires au stimulus conditionné.

Dans la célèbre expérience de John B. Watson sur le petit Albert, par exemple, on a conditionné un petit garçon à craindre un rat blanc. L’enfant a démontré la généralisation du stimulus en montrant également de la peur en réponse à d’autres objets blancs flous, y compris des jouets en peluche et les propres cheveux de Watson.

Discrimination

La discrimination est la capacité de faire la différence entre un stimulus conditionné et d’autres stimuli qui n’ont pas été associés à un stimulus non conditionné.

Par exemple, si le stimulus conditionné était une sonnerie, la discrimination consisterait à être capable de différencier la sonnerie d’autres sons similaires. Comme le sujet est capable de faire la distinction entre ces stimuli, il ne répondra que lorsque le stimulus conditionné lui sera présenté.

Il peut être utile d’examiner quelques exemples de la façon dont le processus de conditionnement classique fonctionne à la fois dans des contextes expérimentaux et dans le monde réel.

Réponse à la peur

L’expérience de John B. Watson avec le petit Albert est un parfait exemple de la réponse à la peur. Au départ, le garçon ne montrait aucune crainte à l’égard d’un rat blanc, mais après que le rat ait été associé à plusieurs reprises à des sons forts et effrayants, le garçon a pleuré en présence du rat. La peur de l’enfant s’est également généralisée à d’autres objets blancs et flous.

Avant le conditionnement, le rat blanc était un stimulus neutre. Le stimulus inconditionné était des sons forts et retentissants, et la réponse inconditionnée était la réaction de peur créée par le bruit.

En associant de manière répétée le rat au stimulus inconditionné, le rat blanc (désormais le stimulus conditionné) en est venu à évoquer la réaction de peur (désormais la réaction conditionnée).

Cette expérience illustre comment les phobies peuvent être formées par le conditionnement classique. Dans de nombreux cas, une seule association d’un stimulus neutre (un chien, par exemple) et d’une expérience effrayante (être mordu par le chien) peut conduire à une phobie durable (avoir peur des chiens).

L’aversion au goût

Un autre exemple de conditionnement classique est le développement d’aversions gustatives conditionnées. Les chercheurs John Garcia et Bob Koelling ont pris conscience de ce phénomène lorsqu’ils ont observé comment des rats exposés à des radiations provoquant des nausées ont développé une aversion pour l’eau aromatisée après que les radiations et l’eau aient été présentées ensemble.

Dans cet exemple, le rayonnement représente le stimulus non conditionné et la nausée la réponse non conditionnée. Après avoir associé les deux, l’eau parfumée est le stimulus conditionné, tandis que la nausée qui s’est formée lors de l’exposition à l’eau seule est la réponse conditionnée.

D’autres recherches ont montré que ces aversions conditionnées classiques pouvaient être produites par une association unique entre le stimulus conditionné et le stimulus non conditionné.

Les chercheurs ont également constaté que ces aversions peuvent même se développer si le stimulus conditionné (le goût de l’aliment) est présenté plusieurs heures avant le stimulus non conditionné (le stimulus qui provoque la nausée).

pourquoi ces associations se développent-elles si rapidement ? La formation de telles associations peut être bénéfique à la survie de l’organisme. Si un animal mange quelque chose qui le rend malade, il doit éviter de manger le même aliment à l’avenir pour éviter la maladie ou même la mort.

C’est un excellent exemple de ce que l’on appelle l’amorçage biologique. Certaines associations se forment plus facilement parce qu’elles aident à la survie.

nv-author-image

Ismael Abogado

Psychologue et chercheur permanent de l'esprit et de l'âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *