Aller au contenu

Le café peut-il provoquer l’anxiété ou la dépression?

Vous vous réveillez groggy, les yeux s’adaptant à la lumière, tout est un peu flou, vous trébuchez dans la cuisine et prenez votre première tasse de café. L’odeur vous frappe d’abord, une belle torréfaction foncée peut-être, puis, enfin, votre première gorgée, ahhhhh… Vous commencez le reste de votre routine matinale et cette belle boisson pleine d’arômes dans votre tasse donne le coup d’envoi de votre journée.

Mais vous êtes-vous déjà demandé si votre rituel du café du matin contribue à l’anxiété ou à la dépression ? Si c’est le cas, j’ai quelques réponses pour vous dans cet article.

Nous sommes devenus une culture obsédée par le café : nous le buvons pour le plaisir, pour nous détendre, pour nous faire plaisir, pour socialiser et, surtout, pour avoir de l’énergie. Il suffit de dire que toute cette folie du café peut conduire à l’anxiété et à une dépendance malsaine – comment faire autrement pour garder notre énergie, en se gavant sur le pouce, pour réaliser toutes les choses que nous devons et voulons faire dans la vie ?

Voici donc ce qu’il faut savoir sur le café, l’anxiété et la dépression.

El café no causa depresión pero puede tener efecto sobre ella.

Il existe des recherches très intéressantes sur le café et la dépression. Il s’avère que le café pourrait en fait être un facteur de protection contre la dépression et qu’il est même corrélé à une réduction du nombre de suicides. C’est une découverte assez étonnante pour les amateurs de café profond et les personnes confrontées à la dépression ou au suicide !

En fait, il existe des études qui parlent de ce résultat très intéressant. Toutefois, avant de nous emballer, appuyons sur le bouton pause et clarifions certaines choses. Je dis « pourrait » parce que la recherche est la recherche, et bien que cela nous donne quelques preuves, il est toujours important de se rappeler que chacun de nos corps réagit différemment à différents environnements, circonstances ou substances, et qu’il y a beaucoup de variables en jeu, donc rien n’est à 100%, mais c’est un bon indicateur pour sûr !

Parmi les variables à prendre en compte dans ces études figurent le mode de vie général des sujets et des groupes de contrôle, ainsi qu’une variable très importante : le fait de savoir si le café qu’ils ont bu était caféiné ou décaféiné, car une grande partie de la recherche n’est pas claire. Il reste donc encore du travail à faire, mais c’est encourageant.

Et ce n’est pas tout. Le café, qui est le plus souvent lié à des habitudes malsaines, a été retiré de la liste des aliments cancérigènes de l’OMS en 2016, une décision quelque peu bizarre. L’OMS indique même que le café peut protéger contre le cancer de l’utérus et du foie

Et ils ne sont pas les seuls, plusieurs autres organisations connues et estimées, telles que le Fonds mondial de recherche sur le cancer et le ministère américain de la santé et des services sociaux, ont également déclaré que la consommation modérée de café (trois à cinq tasses par jour) peut avoir des effets positifs sur la santé et vous protéger de diverses formes de cancer.

En ce qui concerne la dépression, il a été constaté que la caféine n’est peut-être pas seule en cause, car le café contient d’autres composants qui ont un impact. Les plus notables sont l’acide chlorogénique, l’acide férulique et l’acide caféique, dont on a constaté qu’ils réduisaient tous l’inflammation des nerfs, qui est un facteur dans le cerveau des personnes souffrant de dépression. Plus de bonnes choses !

el café no es conveniente para las personas con ansiedad.

Les recherches sur le café et l’anxiété ne sont toutefois pas aussi positives pour les personnes souffrant d’anxiété que pour celles souffrant de dépression. Et ce n’est pas non plus très surprenant, mais il y a quelque chose que j’ai trouvé intéressant dans toutes les lectures que j’ai faites sur ce sujet.

En général, il a été constaté que, si vous ne souffrez pas d’anxiété, le café n’aura probablement pas trop d’impact négatif sur vous s’il est consommé avec modération. Toutefois, lorsque la dose de caféine dépasse 400 mg par jour, des symptômes associés à l’anxiété, tels que l’agitation, la nervosité et les troubles du sommeil, peuvent apparaître. Chez les personnes souffrant d’anxiété, il en faudra beaucoup moins pour exacerber leurs symptômes d’anxiété déjà présents, ce qui n’est pas très surprenant.

Mais, de manière anecdotique, il y a beaucoup de documentation sur des personnes qui ont renoncé au café pendant un certain temps et qui ont écrit sur l’impact sur leur anxiété, ce qui a été considéré comme une négligence. Donc, en général, si vous souffrez d’anxiété, il est très probable qu’une consommation modérée de café n’aura pas beaucoup d’impact sur votre anxiété, bien qu’elle ne l’aidera certainement pas.

En d’autres termes, le café peut provoquer de l’anxiété si vous en buvez trop ou si vous souffrez déjà d’anxiété.

En ce qui concerne votre humeur générale, vous devez tenir compte de la façon dont votre corps réagit à la caféine, car c’est le principal problème de la plupart des gens – dépression ou anxiété mises à part – et nos corps ont des sensibilités différentes à la caféine.

Certaines personnes peuvent prendre un espresso juste avant de se coucher et n’ont aucun problème de sommeil, mais pour d’autres, cela peut être la garantie d’une nuit agitée, avec de nombreux mouvements de va-et-vient. Un mauvais sommeil contribue à l’irritabilité, à une moindre capacité à faire face aux facteurs de stress de la vie, ainsi qu’à d’autres indicateurs de mauvaise santé et donc de mauvaise humeur.

Un bon sommeil est essentiel, surtout lorsqu’il s’agit d’anxiété chronique. Par conséquent, si vous êtes dans ce camp, il serait bon que vous modériez votre consommation de café ou même que vous l’évaluiez vous-même pour voir quel pourrait être l’impact d’une période sans caféine.

Il est important d’apprendre à connaître son corps et la façon dont il réagit à différentes substances et environnements. Faire une petite expérience sur soi-même peut être un moyen amusant d’apprendre à connaître et à comprendre son corps et la façon dont il métabolise la caféine.

Dans l’ensemble, la recherche indique qu’il y a potentiellement moins d’avantages pour la santé en ce qui concerne la dépression et la consommation de café que dans le cas du café et de l’anxiété, où l’on constate qu’il a un impact négatif ou neutre. En outre, il existe un certain nombre d’autres effets bénéfiques potentiels de la consommation de café sur la santé.

Compte tenu de toutes ces recherches – dont certaines sont très prometteuses (sur la dépression) et d’autres peu surprenantes (sur l’anxiété) – le café n’éliminera pas les problèmes de santé mentale, même s’il ne semble pas nécessairement en être la cause

La chose la plus importante à garder à l’esprit lorsqu’on réfléchit à l’impact de la consommation de café sur l’anxiété ou la dépression est qu’elle peut exacerber les problèmes de sommeil, ce qui est une partie très importante de l’autogestion de la dépression, de l’anxiété ou de tout autre problème de santé mentale.

Si vous voulez réduire un peu la quantité de café que vous buvez, ou même faire cette petite expérience sur vous-même dont je parlais, vous pouvez commencer par quelques conseils simples.

Réduire progressivement

La caféine est un stimulant, et vous êtes susceptible de ressentir certains symptômes physiologiques, tels que des maux de tête, un brouillard cérébral et une fatigue générale. Cela durera un jour ou deux, voire plus, en fonction de la quantité de caféine que vous avez consommée. Avant de commencer à réduire votre consommation, il est bon de savoir quelle quantité de caféine vous consommez par jour. De cette façon, vous pouvez réduire progressivement votre consommation d’un verre par jour ou plus.

Veillez à rester hydraté

Le café – ou la caféine – est un diurétique, ce qui signifie qu’il vous déshydrate naturellement. Le fait d’en réduire la consommation aidera probablement à lutter contre la déshydratation. Cela dit, il est toujours important de s’assurer que vous buvez suffisamment de liquides, car cela vous aidera à minimiser les effets du sevrage.

Prenez beaucoup de repos

Naturellement, vous vous sentirez un peu fatigué lorsque vous réduirez votre consommation de caféine/café. Veillez donc à vous reposer suffisamment pour permettre à votre corps de s’adapter et de se remettre du sevrage.

Augmentez votre activité physique

Essayez d’augmenter un peu votre activité physique. L’activité physique est connue pour améliorer l’humeur, ce qui contrebalancera l’irritabilité que vous pourriez ressentir en réduisant votre consommation de café.

Prenez des notes

Tenez un petit registre ou un journal pour noter comment vous vous sentez les différents jours et la quantité de caféine que vous buvez, le cas échéant, à différents moments de votre « épreuve ». Pensez à votre humeur, à ce que vous ressentez, à votre sommeil et éventuellement à la façon dont vous pensez que cela affecte vos relations et vos activités quotidiennes. Lorsque vous examinerez vos données, vous serez en mesure d’évaluer plus précisément l’impact de la consommation de caféine et de café.

Gardez à l’esprit

La quantité de café que nous buvons et ses effets varient considérablement en fonction de très nombreux facteurs. Il est préférable de se connaître, de prêter attention à la façon dont le café vous affecte, de parler à vos médecins et de tenir compte de vos circonstances de vie personnelles

En prenant toutes ces mesures, vous pourrez prendre une décision éclairée pour vous-même, qui est susceptible d’évoluer avec le temps.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *